Journée des Jumelages

Notre « Oktoberfest » aura été un succès. Merci à tout le monde de votre participations ainsi qu’aux autres associations pour votre support. Ci-dessous un petit résumé fait par le journal l’Indépendant.

SCAN0154.JPG

Il y avait beaucoup de monde à partir de 16h pour assister aux discours de la présidente de l’association, les maires d’Eggenfelden et de Carcassonne ainsi que Mr le préfet de l’Aude. Nos amis des associations de l’Agglo ainsi que de Carcassonne étaient tous presents pour presenter leurs activités et certain avec degustations a l’appuis.

Vois quelques photos qui feront part de la bonne ambiance dans cette première partie.

2018-09-29 16.23.10.jpg

2018-09-29 16.23.39.jpg2018-09-29 16.29.39.jpg

Moment très important, la mise en perce du tonneau. Pas de bavure de la part de Wolfgang.

2018-09-29 16.39.23.jpg

Et la bière était bonne

M_M_3602.JPG

M_M_3551.JPG

M_M_3554.jpg

M_M_3571.jpg

M_M_3578.JPG

M_M_3608.jpg

Il y a plus de photos et videos y compris sur la deuxième partie de la journée sur le « nuage » en cliquant ce lien

 

 

 

 

Publicités

En plein vol

OKTOBERFEST

Screen Shot 2018-09-26 at 14.17.34

C’est une tradition outre-Rhin et pendant une dizaine de jours, tout Munich et une bonne partie du pays vit, chaque soir, à l’heure de la fête et surtout de la bière. La compagnie aérienne Lufthansa n’a pas manqué, une seule fois, de s’associer à cet événement du calendrier allemand. Mais cette année, le transporteur a décidé de frapper fort en servant de la bière à la pression à bord de ses appareils. Un petit défi technique qui consiste à ne pas se tromper sur le volume de gaz que la bonbonne de bière doit contenir, car en altitude les pressions se modifient et le fut peut exploser si le propulsant est mal dosé. Mais pas de souci pour Lufthansa qui a de l’expérience en la matière. Dans les années 60, la compagnie servait de la bière à la pression à bord de tous ses vols.

 

Le cœur de l’Europe va battre en Occitanie

Screen Shot 2018-05-24 at 14.41.14 copy.png

Plus de 150 manifestations prévues vont rythmer la première quinzaine franco-allemande. Un magnifique projet qui vise à développer les échanges culturels, économiques, éducatifs entre l’Occitanie et l’Allemagne.

Faire vivre l’axe franco-allemand et l’Europe au plus près des citoyens et des territoires : tel est, en substance, l’esprit qui va présider à la première «quinzaine franco-allemande en Occitanie» placée sous le signe d’«une amitié qui a de l’avenir». Elle sera lancée le 14 septembre 2018 à Toulouse pour s’achever à Montpellier le 3 octobre, jour anniversaire de la réunification allemande. Organisée par l’Ambassade d’Allemagne à Paris, la région Occitanie et la Fondation La Dépêche présidée par Marie-France Marchand-Baylet, cette manifestation populaire et festive est destinée à promouvoir les relations bilatérales, à développer les échanges culturels, économiques et éducatifs entre les deux pays. Entretien avec Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, qui a apporté son soutien à ce projet.

Quels sont les enjeux de cette manifestation ?

Dans le contexte actuel marqué, en Europe, par la montée des populismes et des nationalismes, ce beau projet qui vise à renforcer les liens unissant nos deux pays est important. C’est la raison pour laquelle nous soutenons fortement cette manifestation, d’autant plus qu’elle répond à ma fibre européenne. Je suis profondément attachée à l’Europe et j’essaie, à mon modeste niveau, de créer des passerelles pour une Europe plus humaniste et sociale. Quand Marie-France Marchand-Baylet m’en a parlé, j’ai trouvé l’idée excellente. Nous avons besoin de plus d’Europe, de mieux d’Europe.

Avant même d’avoir débuté, elle rencontre un vrai succès ?

Oui. Nous avons lancé un appel à propositions sur la région Occitanie aux associations culturelles et sportives, aux institutions économiques, aux établissements scolaire et de formation afin qu’ils participent de manière créative à cette manifestation. Je crois que nous en sommes actuellement à 150 projets. C’est considérable. Cela démontre que cette amitié franco-allemande est souhaitée, désirée. Dans une période ou l’Allemagne est dans une certaine fragilité gouvernementale, on doit rappeler que le couple franco-allemand est le moteur de la construction européenne, le ciment de l’Europe. La confiance entre nos deux pays, qui est une condition de la croissance économique, passe par un axe fort franco-allemand. L’initiative de cette quinzaine est aussi un signe d’attachement à ce couple.

La quinzaine va être lancée depuis le siège d’Airbus à Toulouse. Un autre symbole ?

Oui, en effet. J’ai voulu que ce soit une grande fête populaire, un moment de partage ouvert à tous. J’appelle d’ailleurs les habitants d’Occitanie à participer aux nombreuses manifestations qui vont se dérouler dans la région à partir du 14 septembre et à venir sur le parvis de l’hôtel de la région à Montpellier lors de la clôture, le 3 octobre prochain.


«Un beau projet»

Président de l’association Allemagne-Occitanie l’Europe au cœur, Richard Jarry à l’Europe chevillée au cœur. Par atavisme d’abord. «Mon père, qui a été résistant du côté de Limoges, a toujours plaidé pour la réconciliation, le dialogue, la connaissance de la culture de l’autre». Par conviction ensuite.

Germanophile, cet homme d’affaires, qui se sent chez lui des deux côtés du Rhin, a tout de suite accepté de s’investir dans cette quinzaine qui, selon lui, doit renforcer l’idée de l’Europe, notamment auprès des jeunes. «Je rêve de voir deux jeunes apprentis français et allemands ne parlant pas la même langue construire, ensemble, une même maison» dit-il. «Dans une région, l’Occitanie, ou un tiers de la population a moins de 35 ans, une relation renforcée peut offrir des projets et des débouchés à notre jeunesse, d’autant que l’Allemagne à des emplois à offrir. Nous devons aller plus loin dans cette coopération décentralisée» ajoute Richard Jarry.

Persuadé que la vocation de la quinzaine franco-allemande est aussi d’irriguer tous les territoires d’Occitanie, il se félicite du succès de l’appel à proposition. «Sur tous les projets labellisés, 20 % ont trait à l’économie, 10 % à la citoyenneté, 30 % à l’éducation et 40 % à la culture. Et à cet égard, il faut saluer l’engagement de tous ces gens qui œuvrent au renforcement de l’amitié franco-allemande dans le cadre de cette belle manifestation» conclut-il.

 

Reinheitsgebot

Screen Shot 2018-07-24 at 13.28.51.png

Le Reinheitsgebot également connu sous le nom français de « décret sur la pureté de la bière », précise les ingrédients autorisés dans le brassage d’une bière en Allemagne. Datant de 1516, il constitue l’un des plus vieux décrets alimentaires européens.

 

Le Münchner Reinheitsgebot (Munich) date lui de 1487.

Il continue d’être suivi par la majorité des brasseurs allemands, quoique l’harmonisation européenne des dernières décennies ait assoupli leurs obligations. En effet d’autres ingrédients sont autorisés dans les bières allemandes, mais la majorité des brasseurs allemands continuent à suivre les prescriptions du Reinheitsgebot, considéré comme gage de qualité.

Nous aurons bien sur de la bière allemande au cours de notre fête de la bière à Carcassonne le 29 Septembre 2018.

 

Weißwurst

1280px-MUC_MünchnerWeißwurst_2013-08.jpg

La saucisse blanche munichoise est la spécialité culinaire la plus connue de la capitale bavaroise. Elle aurait été créée un 22 Février 1857 dans l’auberge Zum Ewigen Licht, située sur la Marienplatz, par Joseph Moser (dit Sepp Moser), un cuisinier de Munich.

Confronté à une situation difficile, la pénurie de boyaux de mouton qu’il utilisait pour ses saucisses de veau à griller et à l’impatience de sa clientèle, il décida de fourrer de la chair hachée de veau dans des boyaux de porcs. Puis au lieu de passer sur le gril, il mit le tout à cuire dans de l’eau chaude afin d’éviter tout éclatement. Ses clients plébiscitèrent ce nouveau mets. Sa recette s’imposa et fut reprise dans toutes les auberges et tavernes bavaroises.

Vous voulez en gouter?

Rendez-vous a la fête de la bière à Carcassonne le 29 Septembre 2018

Oktoberfest – Histoire

Le saviez vous?
L’histoire originale de l’Oktoberfest en Allemagne remonte au 12 octobre 1810, lorsque le prince héritier de Bavière Ludwig épousa Thérèse von Sachsen-Hildburghausen.
Les habitants de Munich ont été invités à participer à des festivités dans les champs où le couple s’est marié et où l’Oktoberfest de Munich se tient toujours chaque année.
Les festivités duraient cinq jours et se terminaient par des courses de chevaux.
Il a ensuite été décidé que les événements devraient avoir lieu chaque Octobre.
Personne n’a raté la date, mais à un moment donné, quelqu’un s’est rendu compte qu’il serait probablement préférable de tenir l’événement quand il faisait plus chaud en Allemagne. Par conséquent, l’Oktoberfest a été déplacé en Septembre. C’est si simple que ça.
Par tradition et de nos jours, l’Oktoberfest se termine le premier dimanche d’Octobre et ouvre ses portes 2 samedis auparavant.